NDLR: Cette statistique date de 2014 la situation financière moyenne au Canada ayant soit stagné ou réduite place cette statistique un petit peu à la hausse.

Et vous, vous pensez acheter à quel âge

Ou encore vous avez acheté acheté votre première maison a qu’elle âge

***

L’acheteur moyen d’une première maison au Canada en bref

Âge : 36 ans

État civil : majorité de célibataires (50 %), et seulement deux sur dix qui sont mariés ou qui sont en union libre (22 % et 19 % respectivement)

Revenu moyen : 55 000 $

Nombre d’années que les acheteurs d’une première maison s’attendent à y vivre : 15

Nombre moyen de maisons que les acheteurs d’une première maison ont l’intention de posséder : 1,5

Source: BMO Banque de Montréal

Les acheteurs d’une première maison se font de plus en plus âgés, révèle un sondage réalisé pour BMO Banque de Montréal.

Ainsi, en 2014, l’âge des acheteurs d’une première résidence est de 36 ans, alors que la majorité des propriétaires actuels d’une maison ont acheté leur première maison avant d’atteindre 30 ans.

BMO estime que l’acquisition d’une première maison plus tard dans la vie s’inscrit dans une tendance chez les Canadiens à retarder les grandes étapes de la vie.

Ainsi, depuis trois décennies, l’âge moyen d’un premier mariage est passé de 25 ans à 31 ans, tandis que les mères ont leur premier enfant trois ans plus tard, à 30 ans plutôt qu’à 27 ans, selon les données de Statistique Canada.

Mais pourquoi cette étape dans la vie est-elle retardée ?

Pour 40% des premiers acheteurs, leur calendrier d’achat a été bousculé en raison de l’augmentation des prix de l’immobilier. Il s’agit de «l’un des plus évidents (facteurs)», estime Stéphanie D’Itri, experte hypothécaire BMO Banque de Montréal.

Pour aider les premiers acheteurs dans leur démarche, Mme D’Itri recommande d’obtenir un prêt hypothécaire préétabli.

Ce type de prêt «peut donner à l’acheteur d’une première maison une connaissance approfondie de sa situation financière, l’orienter vers les maisons qu’il souhaite dans sa fourchette de prix et jeter les fondements d’un plan financier pour les années à venir», souligne-t-elle.

«L’état de préparation, particulièrement chez les jeunes, contribue de façon incroyable à éviter les surprises financières inextricables.»

Le sondage a été mené par la firme Pollara auprès de 513 acheteurs de première maison, du 24 janvier au 6 mars dernier. La marge d’erreur est de 4,3%, 19 fois sur 20.

***

Source : TVA  : http://www.tvanouvelles.ca/2014/04/03/36-ans-lage-des-acheteurs-dune-premiere-maison