Il fut un temps où la question ne se posait même pas. La vingtaine marquait l’entrée sur le marché du travail, le mariage, les enfants et l’achat d’une première maison. 

Qu’en est-il maintenant? Est-ce que les milléniaux devraient suivre l’exemple des générations précédentes et faire l’acquisition d’une propriété le plus tôt possible? Au contraire, devraient-ils attendre plus longtemps?

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse à ces questions, mais il y a des éléments que chacun devrait considérer dans sa prise de décision.

ACHETER EN TANT QU’INVESTISSEUR

Concept : happy couple in  new apartment dream and plan interior

CHERRYANDBEES – FOTOLIA

Il est important de distinguer l’achat d’une propriété pour y vivre de l’achat d’un immeuble dans le but d’en faire un investissement et en tirer profit.

Dans le deuxième cas, l’âge ne devrait jamais être un facteur. Si vous avez le goût des affaires et un bon sens de l’entrepreneuriat, l’immobilier demeure un secteur très intéressant, que ce soit comme promoteur, entrepreneur ou gestionnaire d’immeubles locatifs.

Avez-vous les compétences, le savoir, une passion pour l’immobilier et les moyens de vous lancer? Allez-y, l’industrie aura toujours besoin de sang neuf.

Vous aurez certainement besoin du soutien d’une institution financière pour vos projets. Communiquer avec un professionnel de MCH pour en savoir plus sur leurs façons d’aider les jeunes passionnés d’immobilier qui voient grand.

ACHETER POUR Y VIVRE

Concept : happy couple in  new apartment dream and plan interior

DROBOT DEAN – FOTOLIA

L’aspect financier

Pour amorcer la réflexion, une analyse à froid des facteurs financiers doit être effectuée.

Un professionnel de MCH pourrait vous aider dans votre processus de décision

Vos valeurs et votre mode de vie

Au-delà des considérations financières, l’achat d’une propriété est avant tout une question bien personnelle dont la réponse dépend principalement de vos valeurs et de vos ambitions.

Prenons un exemple pour illustrer ce propos.

Nadeige vient de terminer ses études en comptabilité et reçoit plusieurs offres d’emploi dans son domaine. Sa famille lui conseille d’acheter un condo tout de suite puisque le marché est favorable et parce qu’elle possède un excellent dossier de crédit.

Malgré tout, elle entretient le rêve de passer quelques années au Honduras pour y donner des cours de yoga sur la plage.

Peut-être serait-il préférable pour Nadeige de continuer à louer pour l’instant et se donner le temps de savoir ce qu’elle veut vraiment faire de sa vie.

Si elle se décidait à partir vers le Sud, quitter un appartement se ferait aisément et pratiquement sans frais. En étant propriétaire d’un condo pour une courte durée, elle pourrait avoir de la difficulté à récupérer les frais à l’achat, les frais de condo et toutes autres dépenses irrécupérables.

Pour les particuliers, l’immobilier est plus rarement payant à court terme. De plus, certaines hypothèques viennent avec des pénalités pour un remboursement avant terme.

Cela ne veut pas dire qu’elle devrait entièrement rejeter la possibilité d’acheter. D’ailleurs, un bon conseiller hypothécaire pourrait lui offrir un produit de financement mieux adapté à ses besoins.

L’ACHAT DEMEURE UN CHOIX DE VIE AVEC PLUSIEURS AVANTAGES

Certes, acheter pour y vivre demeure une forme d’investissement, mais celui-ci touche principalement la qualité de vie, la fierté et la liberté d’être maître chez soi et la construction d’un patrimoine.

Et si le marché et les conditions économiques vous sont favorables et vous permettent de dégager des capitaux à même votre hypothèque pour réaliser et financer vos rêves, c’est encore mieux. Il s’agit simplement de bien comprendre ses besoins et de faire un choix en fonction de ceux-ci.

Finalement, que vous ayez 20, 30 ou 40 ans, si vous êtes prêt pour l’engagement et la stabilité et désirez un certain niveau de confort, la propriété est une option qui en vaut certainement le coup.

 

Source : http://www.journaldemontreal.com/2017/05/23/acheter-une-propriete-avant-davoir-30-ans-une-bonne-decision-avec-banque-nationale